Les poissons remarquables

Certains poissons sont protégés à Mayotte par un arrêté préfectoral qui interdit leur capture, quelle que soit la forme de pêche utilisée. Il s’agit du napoléon, du perroquet à bosse et de la loche géante.
Ces poissons sont protégés du fait de leur statut de conservation inscrit sur la liste rouge de l’UICN. En effet, une diminution de leurs populations respectives est observée et il existe peu d’espèces équivalentes dans leurs écosystèmes. 

 Napoléon

Silhouette d'un poisson Napoléon (Cheilinus undulatus), le plus grand représentant de la famille des Labridés.

Illu. Philippe Payet / Office français de la biodiversité

Silhouette d'un poisson Napoléon (Cheilinus undulatus), le plus grand représentant de la famille des Labridés.

Illu. Philippe Payet / Office français de la biodiversité

Le Napoléon

Le Napoléon (Cheilinus undulatus) est le plus gros des labres. Il mesure de 60 à 90 cm mais certains individus peuvent atteindre les 2,3 m pour un poids de 191 kg. Sa silhouette est caractérisée par une bosse frontale chez les mâles et des lèvres charnues. On le croise sur les fonds coralliens, les pentes récifales externes, les tombants, grottes et épaves. Le Napoléon se nourrit de proies à carapace dure, d’oursins, de crustacés, de mollusques, et de poissons. Ovipare, la femelle pond un ou plusieurs œufs et la reproduction à lieu lors de regroupement dans des zones de frai. Ce poisson a la particularité d’être hermaphrodite. Certaines femelles changent de sexe au cours de leur vie pour se transformer en mâles. 
Prédateur de l’Acanthaster planci, l’étoile de mer dévoreuse de corail, il est en danger d’extinction sur la liste rouge de l’UICN.

Le perroquet à bosse

Le perroquet à bosse (Bolbometopon muricatum) est le plus gros des perroquets. Il mesure en moyenne 70 cm pour 46kg. Il possède une grosse protubérance sur la tête que l’on pourrait confondre avec la bosse du Napoléon. Il s’en différencie cependant par un bec en guise de bouche qui est constitué de dents apparentes et soudées en forme de plaques. C’est ce bec et ses couleurs vertes, jaunes et roses qui lui valent le nom de perroquet.
Son bec lui permet de casser les coraux dont il se nourrit entre autres algues et crustacés. En réalité, il se nourrit des algues microscopiques contenues dans le corail. Il brise le corail avec son bec puissant puis broie les morceaux grâce à des dents pharyngiennes placées au fond de sa gorge. Il rejette ensuite le sable ainsi produit et qui participe à la formation du sable corallien des plages.
On le trouve donc légitimement sur les zones coralliennes présentant des anfractuosités et des grottes, et jusqu’à 40 m de profondeur. Il se reproduit lors d’agrégation d’une centaine d’individus pendant les phases de pleine lune.
Il est classé vulnérable sur la liste rouge de l’UICN.

Perroquet

Silhouette d'un poisson-perroquet à bosse (Bolbometopon muricatum).

Illu. Philippe Payet / Office français de la biodiversité

Silhouette d'un poisson-perroquet à bosse (Bolbometopon muricatum).

Illu. Philippe Payet / Office français de la biodiversité

Loche géante

Silhouette d'une loche géante ou mérou lancéolé (Epinephelus lanceolatus), à l'allure trapue et avec une grande bouche aux lèvres charnues.

Illu. Philippe Payet / Office français de la biodiversité

Silhouette d'une loche géante ou mérou lancéolé (Epinephelus lanceolatus), à l'allure trapue et avec une grande bouche aux lèvres charnues.

Illu. Philippe Payet / Office français de la biodiversité

La loche géante

La loche géante (Epinephelus lanceolatus) est l’un des plus gros mérous du monde et sans doute le plus gros poisson osseux observable à Mayotte. Elle a une allure trapue et peut mesurer jusqu’à 190 cm pour 400 kg. Espèce côtière, elle est présente sur les fonds coralliens et les tombants rocheux jusqu’à 50 m de profondeur. Elle se nourrit de crustacés, de poissons et de juvéniles de tortues.
Grand poisson prédateur, la chair de la loche géante est susceptible d’accumuler certaines toxines présentent dans ses proies, et notamment la ciguatoxine produite par des algues microscopiques qui se développent sur le corail mort. Cette toxine, concentrée à forte dose dans la chair, est toxique pour l’homme et la consommation de loche géante peut être mortelle.
La loche géante, en tant que super prédateur, assure un rôle de régulation des autres espèces de prédateurs.
Classée vulnérable sur la liste rouge de l’UICN, il est de plus en plus rare d’observer de gros individus reproducteurs.

J'ai observé une de ces espèces ?